Coup de soleil : que faire et quand consulter ?

42
Coup de soleil : que faire et quand consulter ?

En cas de coup de soleil, il est important de connaître les bons gestes pour l’apaiser et à quel moment il faut consulter.

LES BONS GESTES À ADOPTER EN CAS DE COUP DE SOLEIL

Les bons gestes, quelle que soit la gravité du coup de soleil

Il est possible de prendre en charge vous-même les coups de soleil si la brûlure est du premier ou du second degré superficiel et si elles sont peu étendues. En revanche, vous ne pouvez pas soigner vous-même une brûlure du second degré profond. Dans ce dernier cas, consultez votre médecin.

Dans tous les cas, cessez immédiatement l’exposition solaire.

Rafraîchissez la zone brûlée avec de l’eau du robinet (entre 15°C et 25°C), environ 15 minutes, jusqu’à disparition totale de la douleur, ou prenez un bain tiède et non froid si la zone brûlée est étendue.

Buvez abondamment pour bien vous hydrater.

Surveillez votre température.

En cas de maux de tête, prenez un antalgique.

Soigner un coup de soleil responsable d’une brûlure de la peau du premier degré

Pour les brûlures du premier degré, appliquez une pommade sédative (demandez conseil à votre pharmacien).

N’arrachez pas la peau qui pèle.

Les zones brûlées ne doivent surtout pas être ré-exposées dans les jours qui suivent le coup de soleil car elles sont fragilisées. Si l’exposition est inévitable, couvrez les zones brûlées par des vêtements de coton larges et protégez les zones non couvertes avec un écran d’indice supérieur à 50, en couche épaisse renouvelée toutes les deux heures.

Soigner un coup de soleil responsable d’une brûlure de la peau du deuxième degré superficiel

Pour les brûlures du deuxième degré superficiel, des précautions supplémentaires sont à prendre pour éviter une infection. Nettoyez les zones brûlées au savon, avec un antiseptique dermique.

Les cloques peuvent s’infecter car les bactéries présentes sur la peau ne sont pas détruites par un coup de soleil (alors qu’elles le sont par une brûlure thermique par contact). Ne percez pas les cloques.

Demandez conseil à votre pharmacien pour l’utilisation de pansements adaptés. Couvrez-vous pour éviter tout contact entre la peau et l’extérieur.

QUAND DEVEZ-VOUS CONSULTER POUR UN COUP DE SOLEIL ?

Certains signes doivent vous alerter et vous devez consulter votre médecin lorsque le coup de soleil a provoqué des brûlures cutanées importantes :

  • si la brûlure du premier degré couvre plus de 10 % de la surface corporelle soit l’équivalent de la surface d’un membre supérieur ou de 10 fois la surface de la paume de la main ;
  • si la brûlure du deuxième degré superficiel génère des cloques de plus de 3 cm x 3 cm ou atteint 10 % de la surface du corps ;
  • si la brûlure est du deuxième degré profond ;
  • en cas de déshydratation(forte fièvre, maux de tête, vomissement, malaise, soif, sècheresse de la bouche et des yeux…) ;
  • si le coup de soleil touche des zones fragiles :
  • le visage et le décolleté. Il y a un risque de séquelles esthétiques avec présence de cicatrice,
  • les mains. La faible épaisseur des tissus protecteurs augmente le risque de complication infectieuse,
  • les organes génitaux. La brûlure peut être à l’origine d’une infection pouvant se propager à la vessie (cystite) ;
  • s’il y a des signes d’infection de la peau (augmentation de la rougeur, douleur, enflure ou pus) ;
  • si vous présentez des maux de tête, une confusion, une faiblesse ou des étourdissements faisant craindre une insolation ;
  • si vous avez les yeux rouges, des douleurs oculaires et ne supportez pas la lumière.

Lorsque le coup de soleil nécessite une consultation médicale, le médecin traitant peut être amené à prescrire un traitement médical (pansement avec ou sans antibactérien, antalgiques, réhydratation…) ou à demander un avis ophtalmologiste.

 

*Ce contenu peut être rédigé par :

  • le docteur Laurence Rinuy, médecin-conseil à l’Assurance Maladie,
  • le docteur Myriam Boivin, médecin-conseil à l’Assurance Maladie,
  • ou le docteur Jean-François Laurent, pharmacien-conseil à l’Assurance Maladie.
 
54321
(0 votes. Average 0 of 5)